Cours, cours petit,

Ils arrivent,

Vite !

Non, ne regarde pas

Derrière toi

Tu n’as pas le temps

 

Plus le temps

 

Plus que les quelques minutes

De ta vie qui te restent

Déploie tes jambes

Rattrape la vie

Cours enfant,

Parce que les tirs

Fusent

Tu peux sauver ton âme, oui légère

Elle va

 

S’envoler

 

Bien moins lourde

Qu’eux

Et tous leurs chars

Qui bientôt

Fondront

Fondront

Dans le sang chaud de ta peur

Et tes yeux immobiles

Blancs

Les fixeront

Les fixeront alors

Dans leur nuit

Dans leur retour paisible

Et ils se souviendront

 

Cours, éloigne les ronces

Devant, les quelques secondes de ton souffle

Minutes de vie

Qu’ils ne te voleront pas

Je les en garde

Je les ralentis

Pour que tu t’envoles

Après, petit,

Bientôt,

Tout sera

 

Silencieux

 

Je te raconterai

Que ce n’est pas vrai

Que les hommes

Ne tuent pas

Ne tirent pas

Sur les petits corps

Qui courent

Dans les forêts

Tu pourras t’asseoir

Et calmer

Ta poitrine

Loin des bruits

Des chasseurs

Leurs pieds de sangliers

Le cœur et les yeux torves

 

Et la face de laideur

Retour à l'épicentre - 2007

© HLécot / créé avec Wix.com